Depuis le début de la crise sanitaire due à la pandémie du coronavirus, les remèdes naturels pour soigner les petits maux du quotidien connaissent un franc succès. Conscients de la gravité de la situation, du travail débordant des professionnels de la santé et de l’engorgement des établissements médicaux, de nombreuses familles préfèrent se soigner chez eux et privilégient les traitements naturels. Les spécialistes ne cessent de le répéter : l’utilisation des plantes à des fins thérapeutiques est soumise à des précautions spécifiques. Pour un usage sécuritaire et adapté, les particuliers peuvent notamment se référer à L’autre pharmacie, guide d’herboristerie familiale de Laetitia Luzi, anthropologue et nathuropate.

Le guide d’herboristerie familiale

L’autre pharmacie est un guide d’herboristerie familiale, écrit par la naturopathe, herboriste , aromathérapeute et hypnothérapeute française, Laetitia Luzi, installée au Canada. Anthropologue de formation, Laetiti Luzi s’est initiée aux médecines alternatives et particulièrement à l’utilisation des plantes à des fins thérapeutiques, à Montréal, après avoir découvert l’efficacité de nombreux remèdes naturels traditionnels au cours de ses voyages à travers les continents.

Paru en mars 2020 au Canada (publication prévue pour août 2020 en Europe), aux Editions Ecosociété, L’autre pharmacie est un ouvrage de 264 pages contenant :

  • une cinquantaine de fiches de plantes originaires d’Europe et d’Amérique du Nord,
  • des conseils en prévention et en traitement de plus de 40 maux du quotidien,
  • des guides de manipulation et d’utilisation des plantes,
  • les effets secondaires, les précautions et les contre indications,
  • un volet spécial consacré aux huiles essentielles et aux suppléments.

L’intérêt des médecines alternatives et des soins par les plantes

Dans un entretien accordé à La Presse, média d’information francophone au Canada, Laetitia Luzi évoque la nécessité de combiner la médecine traditionnelle et la médecine alternative et notamment l’usage des plantes à des fins préventives et/ou curatives en insistant sur le fait que les spécialistes des médecines alternatives ne sont « pas là pour (se) substituer aux médecins.». Toutefois, ces pratiques peuvent contribuer à « libérer un peu la santé ».

L’herboriste a notamment évoqué l’efficacité des soins par les plantes pour apaiser les douleurs et participer au bien-être des personnes qui souffrent de maladies chroniques. La spécialiste a aussi mentionné le rôle crucial des plantes dans l’histoire des médicaments en affirmant : « Plein de médicaments proviennent des plantes. La digoxine, qui est un médicament utilisé pour l’insuffisance cardiaque, est issue de la digitale, l’aspirine, du saule et la pénicilline, d’un champignon. »

Néanmoins, Leatitia Luzi met en garde contre certaines pratiques traditionnelles apparentées au spiritualisme qui peuvent fausser la perception de la médecine alternative. Elle souligne la nécessite absolue des expérimentations scientifiques et l’importance de la validation des plantes avant leur utilisation. Certaines espèces et certains extraits de végétaux, comme l’huile essentielle, peuvent présenter des effets secondaires et même s’avérer toxique en interaction avec d’autres produits et médicaments et/ou à des dosages spécifiques. La manipulation et l’utilisation des plantes est soumise à des directives particulières et des précautions strictes, à lire dans le guide L’autre pharmacie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.