Faire du malt n’est pas si compliqué. Mais produire cette matière première indispensable pour la bière de manière durable est une tout autre histoire. Vous avez besoin de beaucoup de chaleur pour le faire. A cet effet, le Boortmalt, la malterie d’Issoudun (centre de la France) a mis en service le plus grand système solaire thermique du pays.

Le système fournit 10 % des besoins de chauffage de l’usine. Boortmalt vise à réduire les émissions de CO2 causées par ses activités mondiales d’au moins 50 % d’ici 2030. Grâce en partie à ce système, la France fait un pas de plus vers son objectif de devenir le premier État européen neutre en carbone.

Prix

Le malteur s’est donné pour priorité de réduire son empreinte carbone. La réduction de la consommation d’énergie et des émissions est l’un des quatre principaux objectifs de développement durable de Boortmalt, avec la conservation de l’eau, l’agriculture durable et les questions de santé et de sécurité.

Voici une vidéo en anglais parlant de ce projet :

Il y a un an, Boortmalt a construit une centrale solaire thermique sur son site d’Issoudun. L’une des malteries les plus avancées s’y trouve. D’une superficie de 14 252 m2 et en termes de capacité calorifique, c’est la plus grande usine de ce type.

Ce projet de centrale solaire thermique a été lauréat de l’appel d’offres 2018 « Centrales solaires thermiques à grande échelle », organisé par ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). L’objectif de l’initiative est de promouvoir la recherche de solutions énergétiques alternatives.

Boortmalt a investi dans des sources d’énergie durables pour limiter l’utilisation d’énergies fossiles et réduire les émissions de CO2 depuis de nombreuses années. Cela se fait, entre autres, avec des centrales de cogénération (CHP). Une centrale biomasse a déjà été mise en service en 2013. C’est là que sont brûlés les produits résiduels de la malterie, explique Tim Fievez, directeur d’usine de la malterie d’Issoudun.

Chaleur

De l’extérieur, leur système thermique ressemble beaucoup à un système traditionnel avec des panneaux solaires, explique Fievez. Mais l’eau coule à travers ces panneaux. En fait, ils ne produisent pas d’électricité, mais ils chauffent de l’eau. Ils n’utilisent pas cette eau chaude tout de suite. Ils l’utilisent pour chauffer l’air qu’ils utilisent dans leurs processus.

L’usine génère 8,5 GWh de chaleur renouvelable à faible émission de carbone par an, ce qui représente environ 10 % des besoins de la malterie. Ce projet va aider à réduire les émissions de CO2. Avec cette nouvelle installation, des sources renouvelables produisent désormais plus de la moitié de la chaleur nécessaire au fonctionnement de la malterie. Cette proportion devrait encore augmenter dans les années à venir.

Selon Fievez, le système répond aux attentes de l’entreprise. Ils sont dans le centre de la France. Le soleil brille assez souvent ici pour que le système continue de fonctionner. Ils ont déjà atteint les objectifs de réduction de CO 2 dès la première année. À cet égard, il fait ce qu’ils attendent. Leur objectif est de réduire les émissions de CO 2 et, à terme, d’atteindre la neutralité en CO2 à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.