Depuis les années 80, le méthanol est considéré comme le « carburant du futur » respectueux du climat. Mais jusqu’à présent, il a été principalement utilisé dans l’industrie chimique pour la production de substances telles que le formaldéhyde ou comme solvant, comme pour les colorants. En tant que carburant, il n’a jusqu’à présent joué qu’un rôle mineur. Cela pourrait toutefois changer dans un avenir pas trop lointain, si la possibilité de produire du méthanol à partir de CO2 est encore développée. Dans le cadre du projet FReSMe (From Residual Steel gas to Methanol) financé par l’UE, des scientifiques étudient cette méthode de réduction des émissions de CO2 dans l’industrie sidérurgique et d’alimenter les cargos.

Une nouvelle technologie de conversion développée spécifiquement pour les centrales électriques des aciéries pourrait rendre les deux secteurs beaucoup plus respectueux de l’environnement à l’avenir. À cette fin, le projet FReSMe a combiné une technologie innovante de capture du CO2 avec un procédé moderne de synthèse du méthanol.

Une alternative aux énergies fossiles

Avec FReSMe, les chercheurs peuvent recycler le CO2 et le transformer en méthanol, qui est plus précieux que l’électricité que vous produisez à la place. Tout excédent de CO2 non utilisé pour la production de méthanol est préparé pour le transport et le stockage, ce qui permet une décarbonisation en profondeur de la fabrication de l’acier.

Voici une vidéo en anglais parlant de ce projet :

Le méthanol produit par FReSMe convient également comme alternative aux combustibles fossiles de l’océan car il est non seulement sûr mais aussi rentable, propre et abondant. En produisant du méthanol à partir de CO2, il réduit également considérablement les émissions d’oxyde de soufre, d’oxyde d’azote et de particules de l’industrie sidérurgique. Cela pourrait aider l’industrie à respecter les futures réglementations sur les émissions sans obliger les armateurs à faire de gros investissements, soulignent les chercheurs. L’Organisation maritime internationale s’est fixé comme objectif de réduire les émissions de 50 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008.

Alimenter les ferries avec le méthanol FReSMe

Les chercheurs ont déjà démontré que leur méthode fonctionne. Ils ont produit plusieurs tonnes de méthanol en utilisant le gaz de haut fourneau de l’aciérie SSAB de Luleå, en Suède. «Nous nous concentrons maintenant sur l’analyse de tout le méthanol généré pendant les tests, pour valider nos travaux antérieurs avant d’atteindre notre étape finale», déclare Cuesta Pardo. Cette étape importante consiste à alimenter le ferry Stena Germanica , qui relie Göteborg et Kiel, au méthanol de FReSMe. L’ancien bateau de croisière est en service depuis 2001 et a été le premier grand navire à fonctionner au méthanol après sa conversion en 2015.

Les scientifiques s’attendent à ce que la méthode FReSMe soit utilisée bien au-delà du secteur de l’acier à l’avenir. Le méthanol pourrait en effet devenir un pionnier pour le développement de l’hydrogène respectueux de l’environnement et de l’énergie renouvelable associée nécessaire pour le produire, disent-ils. Le méthanol est un alcool extrêmement polyvalent, disent-ils, et est souvent utilisé comme élément de base chimique et dans les applications de carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.