Quand on pense aux pays les plus à risque de crise de l’eau, à quels pays pense-t-on ? Des nations sèches comme le Qatar ou Israël ou des nations très peuplées comme l’Inde seraient toutes de bonnes réponses. Mais au numéro 23, entre le Mexique et le Maroc, la Belgique fait face à la plus grande pénurie d’eau de tous les pays d’Europe centrale.

Cela semble paradoxal, compte tenu des inondations survenues cet été. Mais des précipitations irrégulières et une « empreinte eau » élevée signifient que nos voisins du sud pourraient faire face à une pénurie d’eau dans les années à venir. Heureusement, les scientifiques travaillent sur un moyen pour des pays comme la Belgique et les Pays-Bas d’avoir un meilleur accès à l’eau douce.

Un problème d’accès à l’approvisionnement en eau à partir de fortes précipitations qui deviennent une ressource en eau souterraine est qu’elle peut être contaminée par de l’arsenic, de l’acide boronique ou se mélanger avec du sel pour devenir saumâtre. Chercheurs de l’Université de Wageningen ; Technion, Institut de technologie d’Israël ; et Wetsus, centre d’excellence européen pour la technologie de l’eau durable, utilisent la technologie de séparation électrochimique pour éliminer ces contaminants de l’eau.

Traitement de l’eau sans produits chimiques

La manière conventionnelle de réutiliser l’eau contaminée ou de dessaler l’eau de mer est l’osmose inverse. Semblable à presser l’eau à travers un chiffon, l’eau est pressée à travers une membrane. Cela laisse des propriétés indésirables (telles que le sel, le limon et d’autres propriétés). Cependant, certains ions doivent encore être éliminés et le traitement chimique reste le moyen habituel de le faire.

Voici une vidéo parlant de la pénurie d’eau :

Pour obtenir le tampon sans produits chimiques, des scientifiques expérimentent la déionisation capacitive (CDI). Leur nouveau modèle théorique donne à CDI de nouvelles jambes en tant qu’étape efficace à ajouter au processus de traitement de l’eau sans produits chimiques. En cas de succès, le produit final serait encore à des années d’une utilisation commerciale.

Mais l’ajout d’une nouvelle façon d’obtenir un traitement de l’eau sans produits chimiques peut valoir l’investissement en temps et en attente. L’UE a fixé un objectif de 25 pour cent d’agriculture biologique en 2030 et des pays comme les Pays-Bas vont devoir modifier leurs pratiques agricoles pour y parvenir. Plus précisément, ils devront apporter des modifications au traitement et à la gestion de l’eau.

Nouvelle innovation nécessaire

L’eau pourrait bientôt devenir l’une de nos matières premières les plus précieuses. En particulier dans l’agriculture, qui a de loin la plus grande « empreinte eau », la demande en eau ne fera qu’augmenter comme le fait la population mondiale. C’est un problème qui a attiré l’attention des écologistes et des investisseurs. Et étant donné que la demande mondiale en eau devrait dépasser l’approvisionnement en eau durable en 2030, c’est un problème qui mérite d’y consacrer des ressources.

Des initiatives comme le projet Horizon 2020 Water Mining recherchent des méthodes durables de réutilisation des eaux usées et du dessalement de l’eau de mer. Cela a le potentiel d’aider les pays, en particulier au Moyen-Orient, les plus menacés par une crise de l’eau. Cependant, ces projets ont besoin de nouvelles innovations pour atteindre les objectifs d’Horizon 2020 dans le domaine de l’eau. Celui de Dykstra est l’un des nombreux à s’attaquer au même problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.