L’arrêt de toutes les activités humaines en l’espace de 2 mois a permis aux écologistes d’avoir un soupçon d’espoir face au réensauvagement. L’apparition d’une vidéo qui a fait le buzz partout dans le monde montrant des canards se promenant en toute quiétude dans les rues de Paris, ou encore les chèvres sauvages au sein d’une station balnéaire au Pays de Galles, démontrent que la nature suit son propre chemin sans aucun contrôle humain. Restaurer des processus naturels pour une conversation optimale de la faune et de la flore est donc encore possible ! 

L’objectif du réensauvagement 

Rewilding en anglais, le réesauvagement est un concept bien défini visant le retour de la nature et de la vie sauvage. Là encore, inutile de miser sur des techniques et approches humaines spécifiques, le procédé veut que seule la nature soit maître de son développement et de sa conservation. Ici, les approches et dispositions sont adoptées en vue de créer des conditions favorables pour le retour progressif de la vie sauvage. La nature sera ainsi définie comme étant un allié de taille, collaborer ensemble pour sa croissance afin qu’elle jouisse d’une restauration naturelle sans grandes interventions émanant des hommes.

À travers cette initiative, la population sera en mesure d’avoir une vue d’ensemble sur la redécouverte de la vie sauvage sur l’ensemble du continent. Ainsi, pour que cet objectif soit petit à petit atteint, les individus devront commencer à libérer les espaces extérieurs. Fini les clôtures, les séances de tontes, le taillage des arbres et même la chasse. La nature jouira ainsi d’une liberté importante et commencera à se restaurer rapidement, ce qui confèrera un retour optimal de la vie sauvage. La coexistence entre les humains et la nature fait donc partie des objectifs à atteindre pour pouvoir profiter de cette amélioration.  

Petit à petit lorsque la vie sauvage reviendra massivement, cette dernière pourra offrir de multiples opportunités pour les différents pays européens. Il pourra s’agir d’un procédé de tourisme basé sur la faune et la flore qui permettra par la suite de reconnecter amplement la nature et les hommes. 

Une mini-série documentaire dédiée 

Conscient de l’importance d’un tel engagement pour laisser libre cours à la nature de se reformer, une mini-série documentaire fait désormais apparition sur nos écrans. Le réalisateur Arnauld Hiltzer propose des explorations en vidéos sur l’art de préserver la nature qui n’a pas encore été altéré par les humains. Lors du tout premier volet de l’émission, l’initiateur part à l’exploration d’Oxford en compagnie du militant pour la nature Gilbert Cochet, qui est à la tête du livre Ré-ensauvageons la France. Au sein du Vercors, ces derniers discutent du concept du réensauvagement et mettent en exergue des solutions pertinentes à déployer pour aboutir à des résultats optimaux. 

Pour commencer cette initiative avantageuse qui vise à reconnecter l’Homme à la nature d’un point de vue bien plus engagé pour la faune et la flore, le site du Grand Barry dans le Vercors est un terrain où des actions jusqu’ici définies comme normales sont interdites. Pas de pêche, ni de chasse, ni d’agriculture et encore moins de coupe de bois est toléré. Toutes ces dispositions pour laisser la vie sauvage s’exprimer en toute liberté ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.