Contrairement aux idées reçues, les huiles alimentaires présentent des risques pour l’environnement. Des quantités importantes d’huiles alimentaires sont en effet versées dans le réseau d’égouts, chaque année. Ceci constitue un volume important de déchets qui peuvent avoir un impact sur l’environnement.

Face à cette situation, des étudiants d’une école d’ingénieurs en biotechnologies de Paris, Sup-Biotech ont développé un procédé écologique et économique pour recycler les huiles alimentaires en bioplastiques. Ils ont baptisé ce projet Bioplast-Oil. Versées dans les tuyaux d’évacuation, les huiles peuvent les boucher par congélation. Elles peuvent aussi affecter les capacités des stations d’épuration. Si ces huiles sont mélangées à d’autres déchets ménagers, elles pourraient avoir un effet considérable sur l’environnement.

Une solution au problème du traitement des huiles alimentaires usagées

L’objectif de ce projet est de trouver une solution au problème du recyclage des huiles alimentaires. Ils imaginent les transformer en des bioplastiques à usage industriel. Cette solution permet en outre de répondre à la forte demande d’alternatives aux plastiques traditionnels.  Le chef de projet, Pierre-Antoine Bar, a indiqué qu’ils veulent atteindre l’objectif voulu par l’Europe en matière de pollution. Il existe trois défis auxquels la production de bioplastiques est confrontée.

Tout d’abord, on note le fait que la production des bioplastiques nécessite des matières premières végétales comme les pommes de terre, le maïs ou encore le blé. D’autre part, le processus de fabrication est aussi très énergivore et nécessite une quantité importante de solvants nocifs. Les étudiants ont ainsi décidé de s’attaquer à ces problèmes afin de développer un produit entièrement écologique et économique. Ce projet a début en 2017. Il est entré dans le cadre du programme lancé par l’école Sup-Biotech. Les étudiants ont opté pour un concept innovant visant à rendre le processus de fabrication de bioplastique plus écologique. Grâce à des bactéries, ils ont transformé les huiles alimentaires usagées en bioplastiques.

De nombreuses applications possibles

Pierre-Antoine a expliqué que le soutien de son école a été essentiel. Grâce à ceci, ils ont pu prendre en compte tous les aspects du développement de leur projet. Le petit groupe d’étudiants ont actuellement acquis le statut d’étudiant-entrepreneur. Des professionnels et des enseignants les accompagnent dans leur projet grâce à ce statut.
bioplastiques huile alimentaire

Le programme Shaker proposé par Genopole a permis aux deux étudiants de passer à la vitesse supérieure. En effet, grâce à cette collaboration, ils ont pu accéder à des ressources et à des infrastructures qu’ils n’avaient pas à l’école. Ils se sont donnés trois mois pour développer une preuve de concept.

Le projet a besoin de l’expertise d’un chimiste des polymères

Le travail à temps plein des deux étudiants entrepreneurs au sein de leur structure commence tout juste, pour garantir une meilleure évolution et permettre au projet de mûrir. Aujourd’hui, ils cherchent à bénéficier de l’expertise d’un chimiste des polymères.

Le polymère qu’ils recherchent actuellement est très intéressant, car il promet d’être biocompatible, biodégradable et bio-sourcé. Le résultat sera d’autant plus intéressant pour divers secteurs industriels. Par exemple, cette solution serait une alternative écologique aux plastiques utilisés pour la pêche.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.