La réduction des produits phytosanitaires, et leur utilisation responsable et optimale, sont des priorités pour les agriculteurs. Pour réduire les volumes de produits phytosanitaires utilisés, les exploitants doivent optimiser l’utilisation du pulvérisateur, pour des apports parfaitement ciblés et maîtrisés.

Alors que la prise de conscience écologique se raffermit, l’agriculture doit aussi faire sa mue bon an mal an. Cette transformation concerne diverses taches, notamment la pulvérisation des produits phytosanitaires. En effet, il faut en limiter le volume pour des raisons économiques mais aussi et surtout environnementales. 

L’agriculture peut atteindre cet objectif en choisissant de bons équipements et en effectuant les bons réglages du pulvérisateur (buse, vitesse d’avancement et pression, régulation). Des précautions qui permettent d’assurer une bonne qualité de pulvérisation. 

Choix des buses, angle de pulvérisation, taille et nombre de gouttelette

Pour une bonne utilisation du pulvérisateur, l’exploitant agricole doit choisir la buse, ce qui reste l’organe de pulvérisation le plus important. Elle sert à assurer la meilleure couverture possible de la cible (végétal ou insecte) tout en limitant la dérive. Chaque buse se caractérise par son angle, son débit et calibre, sa pression d’utilisation et sa composition. 

Toutes ces caractéristiques influent sur le rendement du pulvérisateur. Par exemple, l’angle de pulvérisation conditionne la hauteur de rampe et la répartition homogène du produit. Quant à la taille et le nombre de gouttelettes, ils varient avec la pression qui engendre une forte proportion de gouttelettes sensibles à la dérive si elle est trop élevée. 

Au niveau des buses, on peut vérifier le débit du pulvérisateur en mesurant une quantité d’eau sortant en un laps de temps défini. Pour se faire, on peut recourir au service d’un prestataire qualifié qui teste les buses ou pastilles grâce à un banc de répartition.

Planète Safe pour un bon réglage du pulvérisateur 

Cette utilisation optimale du pulvérisateur ne s’acquiert évidemment pas du jour au lendemain. Il faut bénéficier d’une formation de qualité chez des experts de la production végétale comme Planète Safe. 

Cette entreprise bordelaise accompagne et forme les agriculteurs sur les différentes thématiques liées à leur exploitation et leur environnement socio-économique, pour leur permettre d’exercer leur métier dans le respect des normes en vigueur. Elle réalise le plus souvent ses formations au sein de l’exploitation pour une meilleure imprégnation. 

Pour ce qui concerne la réduction des produits phyto grâce à une utilisation optimale du pulvérisateur, Planète Safe apprend au producteur à évaluer la qualité de la répartition de la pulvérisation des gouttes à l’aide de bandes de papier hydrosensible. 

Elle montre également comment contrer une éventuelle soufflerie du ventilateur par l’usage de capteurs permettant de contrôler le régime de rotation. En outre, Planète Safe aide l’agriculteur à vérifier le manomètre du pulvérisateur en ayant recours à un banc de contrôle après démontage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.