Peter Fraenkel est l’inventeur du premier convertisseur d’énergie marémotrice (TEC) professionnel ainsi que le cerveau du premier « puits de gravité » pour le stockage d’énergie.

Avec une telle description, vous pourriez imaginer une jeune femme ou un homme de la Silicon Valley. Ou peut-être d’un autre pôle d’innovation et de technologie. Mais le Peter Fraenkel en question a 79 ans et vit avec sa femme dans une maison modeste dans une banlieue ouest de Londres au Royaume-Uni.

Fraenkel, qui a obtenu son diplôme d’ingénieur en mécanique, a eu l’idée du générateur de courant de marée (ce que l’on appelle aussi les TEC) dans les années 1970. En 1976, il a effectué des essais sur la Tamise avec une petite turbine électrique montée sur un bateau à moteur. En 1980, il a lancé un projet de développement au Soudan du Sud pour tester le système à grande échelle. Il l’a fait en utilisant l’eau d’une rivière qui coule pour produire de l’électricité. Fraenkel a installé une turbine sur un site où le Nil Blanc avait un fort courant. Cela pompait 50 000 litres d’eau d’irrigation par jour. La technologie n’a pas trouvé de marché à l’époque parce que les agriculteurs locaux qui en avaient besoin ne pouvaient pas se le permettre.

Premier et seul

En 2003, la société MCT, qu’il a cofondée, a installé une turbine marémotrice de 300 kWh au large des côtes du Devon, en Angleterre. À l’origine, il s’agissait uniquement d’un banc d’essai, mais à ce jour, il s’agit de la seule turbine marémotrice installée à plus d’un kilomètre de la terre ferme. En 2008, le premier convertisseur d’énergie marémotrice à l’échelle commerciale au monde, le SeaGen développé par MCT, a été mis en service en Irlande du Nord. Il est capable de générer 1,2 MWh.

Voici une vidéo en anglais relatant ces faits :

Le principe de l’hydrolienne est relativement simple. L’énergie est générée en utilisant les courants créés par la différence entre les marées basses et hautes. Les turbines sont connectées à des générateurs qui utilisent l’énergie cinétique de l’eau courante pour générer de l’énergie. La turbine SeaGen est équipée de deux rotors de 16 mètres de diamètre chacun.

En 2011, l’inventeur a créé la société Gravitricity dans le but d’exploiter le champ gravitationnel terrestre. Les principales sources d’énergie renouvelable, éolienne et solaire, ont l’inconvénient de fournir des approvisionnements énergétiques irréguliers et imprévisibles. Une façon d’équilibrer les fluctuations de l’offre et de la demande d’énergie consiste à stocker cette électricité. En outre, l’énergie éolienne excédentaire peut être utilisée pour produire de l’hydrogène qui peut être utilisé pour le chauffage. L’hydrogène remplacera éventuellement le gaz naturel.

Puits de mine

Le système de Gravitricity est basé sur le principe simple de soulever et d’abaisser des poids lourds. L’énergie du vent ou du soleil est utilisée pour soulever des poids. Ensuite, lorsque la puissance est nécessaire, la gravité fait baisser à nouveau les poids. Dans le processus, les poulies entraînent un générateur qui produit de l’électricité.

Gravitricity souhaite dans un premier temps utiliser des puits de mine inutilisés à cette fin. Il y en a 120 000 au Royaume-Uni seulement. À l’avenir, des arbres spécialement percés seront également ajoutés. Ces types de puits verticaux peuvent atteindre jusqu’à un kilomètre de profondeur. Ils peuvent être installés partout où il y a un besoin de stockage d’énergie. Par exemple, dans ou à proximité d’une centrale électrique, d’une zone industrielle ou d’une zone résidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.