Les instituts allemands Fraunhofer FEP à Dresde et ISC à Würzburg, en collaboration avec la société suédoise ChromoGenics et plusieurs autres parties, ont développé un verre résistant au soleil qui peut réduire considérablement la consommation d’énergie dans les bâtiments. Les fenêtres sont actuellement testées dans un hôpital d’Athènes, en Grèce, et dans un immeuble de bureaux à Uppsala en Suède. L’essai fait partie du projet européen Switch2Save.

Ils pensent pouvoir réduire la consommation d’énergie de peut-être 70 % à Athènes, déclare John Fahlteich de la FEP à Dresde dans une réponse par téléphone. Il dirige le projet européen auquel participent, outre ChromoGenics, la TU d’Athènes et l’université tchèque Západočeská. Ensemble, les participants reçoivent une subvention de l’UE de plus de 5 millions d’euros.

Moins d’utilisation de la climatisation

Le plus grand avantage de l’utilisation de ce verre est que la climatisation n’a pas besoin de fonctionner autant en été, explique Fahlteich. La nouveauté réside dans le fait que le verre réagit tout seul aux changements de température.

Voici une vidéo en anglais présentant ce type de technologie :

Lorsque le soleil brille fort en été, les températures augmentent normalement rapidement dans un bâtiment avec beaucoup de façades en verre. Les fenêtres Switch2Save réagissent immédiatement à cela en bloquant la lumière du soleil. Plus le soleil brille, plus le verre est foncé. Le verre teinté contre les températures élevées n’est pas nouveau en soi, déclare Fahlteich. Ce qui existe déjà, ce sont des fenêtres en verre qui ont divers degrés de protection contre le soleil.

Mais quelque chose qui n’existe pas encore est le verre à vitre qui réagit automatiquement aux changements de température.

Comment ça fonctionne ?

Fraunhofer et ChromoGenics utilisent deux techniques : le verre avec ce qu’on appelle une couche thermochromique (un revêtement) et le verre avec une couche électrochrome. Il peut aussi s’agir d’une combinaison des deux.

Avec le revêtement électrochrome, la température est mesurée par des capteurs qui envoient un signal lorsqu’il fait trop chaud. Un ordinateur provoque ensuite le changement de couleur du revêtement grâce à une impulsion électrique. Avec le verre thermochromique, il n’y a pas besoin de ce courant électrique et le verre change automatiquement de couleur lorsqu’il devient plus chaud ou plus froid. Selon Fraunhofer, les deux types de verre sont complémentaires et peuvent être utilisés côte à côte.

Polymère

Les deux utilisent un revêtement polymère qui est laminé sous forme de film mince sur une vitre de 4 millimètres d’épaisseur. Cela se fait sous vide dans de grandes machines. Le revêtement a une épaisseur de 100 micromètres, ce qui ajoute un poids supplémentaire de 500 grammes par mètre carré.

Les fenêtres sont disponibles dans les couleurs gris et bleu, mais selon Fahlteich, d’autres variétés sont en cours d’élaboration. Des recherches sont également en cours pour voir si les revêtements peuvent être appliqués sur du verre avec une courbure, comme le pare-brise d’une voiture, par exemple.

Quels gains environnementaux peuvent être réalisés ?

Quels gains peut-on faire ? L’Institut Fraunhofer cite une étude de l’Agence fédérale allemande pour l’environnement, qui a calculé qu’en Allemagne, les bâtiments sont responsables de 30 % des émissions de CO2 et de 35 % de la consommation d’énergie. Les nombreuses tours de bureaux vitrées dans les villes posent un problème particulier.

Bien que la plupart de ces bureaux soient équipés de stores pour se protéger de la chaleur, ils ne sont souvent pas utilisés, soit parce qu’ils ont été oubliés, soit parce qu’ils sont jugés inesthétiques. Avec le verre thermochromique, il n’y a pas moyen de l’éviter et par conséquent de nombreux gains environnementaux peuvent être réalisés.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.