Avec l’explosion des prix de l’énergie, la question est légitime de savoir si cela va ralentir la croissance de la conduite électrique. Après tout, doubler le prix du kilowattheure (kWh) de, disons, 0,20 euro à 0,40 euro est très lourd. Comment réagirait l’automobiliste moyen si l’essence passait de 2 à 4 euros le litre en quelques semaines ? Le Malieveld serait rempli de propriétaires de voitures indignés. Le nouveau cabinet serait exhorté à prendre des mesures directes pour ne pas restreindre la liberté d’utilisation de la voiture. Il n’en est pas encore arrivé là. Heureusement, il existe maintenant des mesures pour compenser en partie les conséquences des prix élevés du gaz. Après tout, ce sont en fait la cause de l’augmentation des tarifs d’électricité.

Pour les conducteurs de voitures électriques, les effets des hausses de prix sont pour l’instant limités. Mesurée en valeur absolue, la conduite électrique est de toute façon bon marché, mis à part l’amortissement à l’achat. Les coûts d’entretien sont très faibles, le coût au kilomètre est également inférieur à celui d’une voiture à combustible fossile. Pour 2 euros, un litre d’essence peut facilement parcourir une vingtaine de kilomètres dans une voiture à essence, avec quelques précautions. Jusqu’à présent, pour 2 euros, vous pouviez également acheter près de dix kilowattheures d’énergie électrique. Cela vous permettrait de parcourir cinquante à soixante kilomètres en voiture électrique. Si le prix devait doubler, il serait toujours moins cher que la variante essence.

Pourquoi une telle variation des prix ?

Maarten Hachmang, co-fondateur de LaadpaalTop10, a créé un blog agréable et clair sur ce sujet. La variation des coûts du ravitaillement électrique semble être plusieurs fois supérieure à celle du ravitaillement régulier. C’est parce que l’électricité est disponible partout : à la maison, au travail, dans les centres commerciaux, le long de l’autoroute, dans les bornes de recharge publiques…

Voici une vidéo en anglais relatant la hausse du prix de l’énergie en Europe :

L’existence de toutes ces possibilités rend les coûts très dépendants du contrat d’énergie et de l’objectif du propriétaire des bornes de recharge. Par exemple, il y a de plus en plus de magasins qui permettent de faire le plein d’électricité verte sans faire payer de supplément. Par exemple, dans trois cents agences Lidl, le ravitaillement électrique est totalement gratuit.

Les défis des véhicules électriques

Pour les personnes disposant de leur propre borne de recharge dans l’allée, la recharge est également très bon marché, surtout si vous avez un contrat à long terme avec votre fournisseur. Il en va de même pour la plupart des bornes de recharge et des chargeurs publics le long des autoroutes : ils ont généralement des contrats à long terme, les augmentations de prix n’étant plus un problème pour le moment. Si l’augmentation récente ne s’avère pas être un effet saisonnier, je m’attends à ce qu’au moins l’été prochain, lorsque le soleil brille de mille feux, la recharge intelligente bénéficiera d’un coup de pouce supplémentaire.

Un effet positif supplémentaire de la hausse des prix est que les panneaux solaires, les pompes à chaleur et surtout l’isolation des maisons ont désormais une période de récupération plus courte. Les personnes qui souffrent vraiment sont celles qui viennent d’acheter une maison, souvent à un prix considérable. Ils doivent souscrire un nouveau contrat d’énergie. S’ils ont aussi une voiture électrique, je leur conseillerais de faire le tour de l’électricité : dans les magasins, au travail, entre amis et connaissances. Cela peut faire une différence de dix euros sur une batterie pleine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *