Avec une approche novatrice, un architecte textile veut révolutionner la chaîne d’approvisionnement traditionnelle, rendant obsolètes les coupes 2D, les ciseaux, le fil et l’aiguille. Le matériau développe sa propre technique de coupe, pour ainsi dire, et passe de la 2D à la 3D. Il n’y a pas de déchets, comme dans la fabrication de vêtements conventionnels. Le concept vient du biomimétisme dans lequel les formes élémentaires 2D se dissolvent dans des formes 3D complexes. Montes s’est inspiré pour la conception du processus de croissance naturel des pommes de pin. Ce sont notamment les lignes de pliage des pommes de pin qu’il intègre dans ses architectures textiles tant au niveau micro que macro, mais aussi la façon dont leur forme change en raison des intempéries.

Au début, son travail semble assez peu spectaculaire. Montes fait des rectangles avec des ouvertures pour la tête et les bras. Le potentiel de mise en forme réside dans la construction du tissu architectural qui contient le plan où ce sont les fibres, ou plutôt les filaments techniques, qui font l’essentiel du travail. Le défi consiste à créer une structure de filaments qui suit le matériau et le but de l’expérience et produit une forme étonnamment belle, selon le chercheur.

Le filament Archi adaptatif

En collaboration avec la plate-forme technologique de co-création Horizon 2020 Re-FREAM à Linz, en Autriche, Montes a eu l’opportunité en 2020/21 de faire avancer la recherche et le développement du filament d’ingénierie. Il a travaillé avec des partenaires technologiques européens pour développer des constructions de fils et des techniques de revêtement durables.

Voici une vidéo en anglais parlant de l’avenir de la mode :

Le soi-disant filament Archi adaptatif a été développé en coopération avec Haratech à Linz, en Autriche. Deux catégories de fibres ont été utilisées dans les essais : les déchets plastiques recyclés des océans et le bioplastique (PLA).

Les matériaux auto-pliants permettent de créer des formes complexes

Les propriétés du fil doivent être superposées de l’intérieur du fil vers l’extérieur. Ceci est censé être réalisé grâce à l’utilisation de techniques d’impression 3D. Mais depuis que les versions de fibres les plus fines se sont cassées, cela a fini par être plus un processus de fabrication de fil conventionnel après tout.

Le mécanisme de mise en forme

Le noyau du filament adaptatif Archi comprend un fil mobile et adaptable qui est disposé en spirales et enduit d’une charge soluble dans l’eau à base d’amidon d’algues. Dans cette construction, le fil peut être traité sur des équipements conventionnels tels que des métiers Jacquard et des machines à tricoter. L’idée est de bloquer dans un premier temps les mécanismes de formation (les spirales) au sein d’une couche solide de bioplastique. Lorsqu’il pleut, ces couches hydrosolubles d’amidon d’algues fondent et les structures tissées et tricotées commencent à prendre forme à travers les spirales libérées.

Le plus grand défi dans la production du filament adaptatif Archi est de trouver le bon équilibre entre les matériaux et le revêtement. Tous les filaments et fils doivent être maintenus à l’intérieur du revêtement et le revêtement ne doit pas éclater ou se casser. Tout à l’intérieur doit rester figé, a déclaré Montes dans son plan open source.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.