C’est une période turbulente et imprévisible pour de nombreuses entreprises innovantes aux Pays-Bas. Les conséquences de la guerre en Ukraine sont difficiles à évaluer. Le grave conflit pourrait-il aussi déboucher sur quelque chose de positif et être un signal d’alarme pour une innovation accélérée dans ces secteurs spécifiques ?

Le conflit entre l’Europe et la Russie a un impact profond sur les principaux constructeurs européens de camions, dont DAF. À l’heure actuelle, l’entreprise ne fournit plus de camions et de pièces à la Russie, principalement en raison des sanctions européennes et américaines. L’année dernière, la société néerlandaise a encore vendu environ 60 000 camions, dont 2 000 à destination de la Russie. Cette année, notamment en raison des tensions mondiales, il est difficile d’estimer combien seront vendus.

Des camions électriques

DAF n’est pas seulement l’un des plus grands constructeurs de camions en Europe, mais également un fournisseur leader de camions électriques. Alors, les tensions entre la Russie et l’Europe, et notre dépendance au gaz et au pétrole russes, vont-elles faire grimper les ventes de plus de camions électriques ? Rutger Kerstiens, porte-parole de DAF, ne s’attend pas à une bousculade soudaine.

Voici une vidéo montrant la situation dans le pays :

Si vous êtes un transporteur et que vous envisagez de conduire des camions électriques, vous devez alors adapter vos opérations commerciales à cela. Ce n’est pas si facile à organiser, explique-t-il. Par exemple, vous devez tenir compte du fait que vos camions doivent être rechargés régulièrement. Vous devez adapter vos itinéraires à cela. Ceci rend plus compliqué pour un transporteur l’utilisation d’un tel camion. Les camions électriques sont également beaucoup plus chers que les camions ordinaires. De plus, l’installation de leurs propres chargeurs rapides n’est pas quelque chose qui peut se faire du jour au lendemain. Par conséquent, une transition comme celle-ci n’est en aucun cas simple.

ELECTRON aviation : la guerre a un bon côté pour l’aviation électrique

ELECTRON aviation construit une flotte de taxis aériens pouvant accueillir quatre passagers. Si tout se passe comme prévu, les passagers pourront prendre un taxi aérien de l’entreprise vers et depuis l’aéroport de Groningue Eelde dès 2026. L’entreprise est pionnière dans le domaine du vol durable. C’est l’une des premières parties à développer des avions conçus pour permettre des vols électroniques pour les passagers.

Le PDG de la société Josef Mouris est incroyablement ébranlé par l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. La guerre n’a guère eu d’impact réel sur ses opérations commerciales, même si la concentration dont il a besoin pour cela en souffre parfois.

Gagner en indépendance

En matière de pétrole et de gaz, nous, en Europe, dépendons de la Russie. Serait-ce encore le cas une fois la guerre terminée ? Pour le moment, nous devons nous concentrer principalement sur les souffrances que la guerre cause, estime Mouris.

Après tout, le conflit peut aussi mettre en évidence la nécessité pour nous d’être plus indépendants, et cela peut accélérer la transition énergétique. À cet égard, Mouris est étonnamment plus optimiste sur l’aviation que sur l’approche des voitures sur les routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.