Une sonnette intelligente, un thermostat intelligent ou un éclairage intelligent. Vous les voyez de plus en plus. Des appareils que nous pouvons contrôler à distance ou qui fonctionnent même de manière autonome. Ce sont tous des exemples de l’« Internet des objets » (IdO). Les capteurs assurent la connexion entre les appareils et les systèmes de données. Ceux-ci ont besoin de puissance. Dans un cadre comme un avion, ce n’est pas si pratique, car la puissance implique souvent une batterie, et une batterie signifie un poids.

La start-up ZED, (Zero Energy Development) , une spin-off de la TU Delft, a développé des capteurs sans fil ni pile qui fonctionnent grâce à l’énergie créée en appuyant simplement sur un bouton. Ou en bouclant votre ceinture. Les entrepreneurs, en tant qu’équipe d’étudiants, ont remporté le concours Airbus 2019 « Fly your ideas ». L’équipe a ensuite remporté le TU Delft Impact Contest, puis le 4TU Impact Challenge. Le prix de l’Impact Challenge : participation à une mission commerciale à Dubaï.

Convaincre le jury

L’avantage de ces capteurs, c’est qu’ils sont aussi plus écologiques. Et vous n’avez pas à vous en soucier. Les capteurs fonctionnent toujours et ne nécessitent pas beaucoup d’entretien, explique Niels Hokke, co-fondateur de ZED. Hokke travaillait toujours sur sa thèse de maîtrise en 2019, dans laquelle il cherchait une solution aux problèmes qui découlent d’une multitude de communications sans fil. Alors, comment vous assurez-vous que lorsque vous activez tous ces appareils en même temps, les messages ne se heurtent pas ? Un sujet qui a constitué la base de la start-up.

Voici une vidéo en anglais expliquant le fonctionnement de la batterie dans ces objets :

Il est entrepreneur à temps plein depuis l’obtention de son diplôme. Les trois co-fondateurs de Hokke travaillent toujours à temps partiel pour TU Delft. En fait, c’est le meilleur des deux mondes, déclare le co-fondateur Suryansh Sharma, qui a rejoint l’équipe après la compétition Airbus. Il est également titulaire d’un doctorat.

Problème de réseau

Les capteurs sans fil et sans batterie ne sont pas nouveaux, déclare Hokke. Au sein du groupe de recherche de l’ENS, Prasad étudie les applications de ces types de capteurs depuis 2013. Le concept que Hokke et ses camarades ont présenté pour le concours Airbus était issu de l’ENS. ZED se concentre principalement sur le problème de mise en réseau posé par un grand nombre de capteurs réunis : comment le résoudre le plus efficacement possible en utilisant le moins d’énergie possible ?

Prasad est également co-fondateur de ZED. En tant qu’étudiants, le professeur VP (comme l’équipe l’appelle Prasad, ndlr) leur avait déjà donné toute la liberté que qu’ils voulaient pour choisir leur propre chemin. Ce n’est pas différent depuis que nous sommes devenus une start-up. Le professeur agrégé fait partie de l’équipe et offre des conseils. Tout comme John Schmitz, ancien doyen de la faculté de génie électrique, de mathématiques et d’informatique de la TU Delft. Schmitz a également travaillé en tant que directeur de la propriété intellectuelle chez NXP Semiconductors, ainsi qu’à d’autres postes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.