Quelques chopes de bière ont sans doute circulé à l’hôtel de ville de Prague en mars suite à la décision du ministère tchèque des Transports de ne pas entraver une extension du métro. Cela signifie que la construction de la ligne de métro D, qui relie le nord de la ville au sud, peut presque certainement être en cours bientôt.

Il s’agira d’une ligne de métro entièrement automatisée, sans chauffeur, d’un coût estimé à 2 milliards d’euros. C’est beaucoup d’argent pour un pays relativement pauvre comme la République tchèque, mais c’est nécessaire si Prague, de loin la plus grande ville de la République tchèque – veut atteindre ses objectifs climatiques, déclare Adam Scheinherr, président du conseil de surveillance de la DPP entreprise de transport en commun et responsable du portefeuille transport à la mairie.

La ligne D du métro s’inscrit dans un plan climat à multiples facettes dans lequel les transports en commun jouent un rôle clé. En plus de la ligne de métro D, par exemple, des plans sont déjà en place pour une autre ligne autour du centre. Cette ligne circulaire en « O » aura une capacité de 150 000 passagers par jour, selon le dernier projet de proposition. Elle deviendrait la cinquième ligne de métro de Prague avec une longueur de 36 kilomètres et 23 stations.

Ligne de cercle

Ce sera sans doute un autre projet coûteux, auquel l’Europe pourrait contribuer. Cela peut se faire via le fonds de relance corona, mais également via l’un des autres fonds de l’UE tels que le Fonds européen de développement régional et le Fonds de cohésion. La clé de répartition exacte du fonds de relance corona est encore inconnue, mais le conseil municipal compte sur 2,9 milliards de couronnes tchèques (112 millions d’euros) pour des projets de transports publics respectueux du climat.

Voici comment était le transport public dans cette ville en anglais :

Selon DPP, les plans du métro s’inscrivent parfaitement dans les objectifs climatiques de la ville. Ils ont promis de réduire les niveaux d’émission de 20 % en 2024 par rapport à 2010 et de 45 % en 2030, déclare Scheinherr. Un bon système de métro, dit-il, est essentiel pour sortir les navetteurs de leur voiture. Mais ce n’est en aucun cas la seule mesure. Par exemple, la flotte d’autobus urbains fait également l’objet d’une mise à niveau majeure, selon Scheinherr. D’ici 2030, un tiers des bus seront électriques. Ce faisant, ils visent à utiliser les technologies les plus modernes.

Trolleybus

Škoda Transportation, à ne pas confondre avec le constructeur automobile Skoda, aura de toute façon un rôle important dans l’électrification des transports publics, car l’entreprise fabrique également des tramways, des voitures de métro et des trolleybus (avec câbles aériens).

Une autre commande importante a été décrochée par le polonais Solaris, qui, avec Škoda Transportation, livrera 20 trolleybus du modèle Trollino 24 au cours des deux prochaines années. Ce seront les premiers trolleybus de Prague depuis 1972. Avant cette époque, les trolleybus étaient assez courants. La première ligne de trolleybus a été mise en service en 1936, mais en 1972 la dernière ligne a été fermée en raison des coûts d’entretien relativement élevés des câbles aériens et de la plus grande flexibilité des bus diesel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.