Bien que l’écrasante majorité du pétrole et du gaz soit utilisée pour l’énergie et les carburants, l’industrie des procédés représente environ 15 pour cent de l’utilisation du pétrole et du gaz, avec les émissions de CO2 qui en découlent. Pendant ce temps, de merveilleuses initiatives vertes qui utilisent des techniques d’électrification et des matières premières renouvelables au lieu du pétrole et du gaz, sont déjà en préparation. Mais le goulot d’étranglement reste l’évolutivité. C’est selon Arnold Stokking, PDG de Brightsite et moteur de l’écologisation de l’industrie chimique au sein d’ENZuid (le réseau économique du sud des Pays-Bas).

Lors du sommet en ligne « Chimie verte, nouvelle économie » qui se tiendra le 24 février, les décideurs politiques, les financiers et les représentants de l’industrie discuteront des opportunités économiques que cette transition offre à l’industrie manufacturière et au secteur de l’agro-et du recyclage.

Tâche d’innovation

Dans la perspective de l’accord sur le climat, des accords ont été conclus dans le cadre des tables climatiques selon lesquelles tous les secteurs doivent réduire leurs émissions de CO2. Cela vaut également pour l’industrie des procédés. Pourtant, pour l’heure, la transition énergétique reste essentiellement centrée sur le pétrole et le gaz comme sources de carburant.

Voici ce qu’est la chimie verte :

Le moment est venu de se concentrer sur la transition des matières premières et les nouveaux processus électriques, souligne Stokking. Nous devons arrêter de brûler du charbon dans les centrales électriques et de faire fonctionner les voitures à l’essence. Après tout, le pétrole et le gaz, en tant que carburants, représentent la plus grande proportion des émissions de CO2, 85 %. Nous savons également que le secteur chimique est dominé par un certain nombre de grands utilisateurs de pétrole et de gaz. Par des sociétés telles que Shell, DOW, SABIC, YARA ou OCI Nitrogen. Ils seront contraints de subir une transition. Le mécanisme de tarification du CO2 de l’Europe et des Pays-Bas sert de gros bâton. Pour atteindre les objectifs climatiques de 2050 (95 % de réduction de CO2), la transition vers l’électrification de leurs méthodes de production et l’utilisation de matières premières renouvelables sont essentielles.

L’arrêt n’est pas une option

Mettre fin à l’industrie des procédés n’est pas du tout une option, explique Stokking. Si les Pays-Bas arrêtaient de produire des plastiques, des engrais et des produits semi-finis, nous les obtiendrions d’ailleurs. Il est dans l’intérêt des Pays-Bas que nous conservions cette industrie. Ne serait-ce que parce qu’il fournit un emploi à jusqu’à 100 000 personnes dans le sud des Pays-Bas seulement ! De plus, nous avons essentiellement besoin de ces produits. D’autant plus qu’ils peuvent contribuer à une société plus durable.

Pensez aux matériaux légers pour les voitures ou aux bons matériaux isolants pour les maisons, par exemple. Aux Pays-Bas, nous sommes habitués à travailler sur des solutions et sommes très doués pour l’innovation. En plus de cela, nous avons un secteur de haute technologie pour l’électrification aux côtés de solides secteurs de l’agro-industrie et du recyclage des matières premières renouvelables.

Bien que l’industrie soit traditionnellement située dans la partie sud du pays, comme Chemelot à Geleen, dans la Flandre zélandaise et à Moerdijk, Stokking dit que vous ne pouvez certainement pas parler de chose régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.