Cette année verra le début de la 3e édition du « Autonomous Greenhouse Challenge ». Le défi est de cultiver de la laitue dans une serre de manière totalement autonome et sans intervention humaine grâce à l’utilisation de l’IA. La laitue doit également répondre à un standard élevé de qualité et de rendement. Il utilise également le moins de ressources possible, telles que l’eau, les engrais et l’énergie. Les participants ont dû affronter un producteur qui est autorisé à se promener dans sa propre serre et à vérifier ses récoltes.

Le concombre et les tomates cerises ont été cultivés de manière autonome dans les éditions précédentes. Les équipes devaient déterminer l’idéal pour les niveaux de température, la quantité de lumière, l’irrigation et un certain nombre d’autres paramètres, tels que la densité des plantes et de leurs tiges.

La technologie peut-elle battre les producteurs ?

Lors des deux premières éditions, des équipes ont participé avec des employés de géants de la technologie tels que Microsoft, Intel, Tencent, NXP et Samsung. Le premier concours a été remporté par une équipe composée d’employés de Microsoft et d’étudiants d’une université danoise et néerlandaise. Le deuxième événement a été remporté par une équipe composée d’employés, d’étudiants et de chercheurs de Hoogendoorn Growth Management, de Van der Hoeven Horticultural Projects, de l’Université de technologie de Delft et de Keygene. Cette équipe a mieux performé que l’équipe de référence de producteurs dans toutes les sections de la compétition. Ce qui a conduit à la question de savoir si la technologie peut déjà battre les producteurs et est-ce que cela rend les gens redondants ?

Voici une vidéo en anglais montrant le potentiel de l’IA pour l’agriculture :

Nous utilisons toutes sortes de technologies dans les cultures en serre depuis de nombreuses années. Les producteurs ont depuis longtemps renoncé à ouvrir eux-mêmes les fenêtres lorsqu’il fait trop chaud ou à allumer les fours lorsqu’il fait froid dehors. Depuis plus de 50 ans, des ordinateurs climatiques existent et leur ont repris ce travail. Ces types d’ajustements sont effectués automatiquement en reliant les lectures de température à un contrôleur qui peut ouvrir les fenêtres ou augmenter le chauffage. Les systèmes de connaissances étaient déjà utilisés dans l’horticulture il y a 30 ans dans le but de rendre les choses encore plus intelligentes. Ces systèmes, qui contiennent des règles intégrant la connaissance humaine, sont désormais considérés comme les précurseurs de l’IA.

Système de climatisation de base

Dans un système de climatisation standard de base, par exemple, vous augmenteriez le chauffage d’une serre si le thermomètre enregistrait une température trop basse de 1 degré. Cependant, si un jardinier réglementait toujours cela manuellement, il ne ferait probablement pas ce choix s’il savait que le lendemain allait être très chaud. C’est parce qu’ils savent que la température moyenne sur 24 heures était beaucoup plus importante pour les plantes qu’une température transitoire.

En d’autres termes, ils pourraient laisser tomber un degré plus froid maintenant parce que demain, quand il fera très chaud, la différence de température serait alors compensée «gratuitement» parce que la serre sera chauffée par le soleil. Cet exemple simple illustre comment le jardinier régule le climat de sa serre en fonction de ce qu’il sait, de ses expériences et de son instinct.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.