Une nouvelle étude chez des singes macaques a mis en lumière les parties du cerveau qui soutiennent les processus d’attribution de crédits (comment le cerveau relie les résultats à ses décisions) et, pour la première fois, comment la stimulation par ultrasons transcrâniens (TUS) de faible intensité peut moduler à la fois le cerveau l’activité et les comportements liés à ces processus de prise de décision et d’apprentissage.

Bien qu’actuellement développé dans un modèle animal, bien que dans une zone du cerveau homologue à celle de l’homme, cet axe de recherche et l’utilisation de la TUS pourraient un jour être appliqués à la recherche clinique pour lutter contre les troubles psychiatriques où des décisions inadaptées sont observées, écrit l’Université d’Oxford dans un communiqué de presse.

L’étude publiée dans la revue Science Advances montre que l’activité liée à l’attribution de crédits dans cette petite zone préfrontale latérale du cerveau, qui soutient les comportements adaptatifs, peut être perturbée de manière sûre, réversible et rapide avec la TUS.

Changer de comportement

Après avoir stimulé cette zone du cerveau, les animaux de l’étude sont devenus plus exploratoires dans leurs décisions. En conséquence de la neuromodulation par ultrasons, le comportement n’était plus guidé par la valeur du choix, ce qui signifie qu’ils ne pouvaient pas comprendre que certains choix entraîneraient de meilleurs résultats, et la prise de décision était moins adaptative dans la tâche.

Voici une vidéo en anglais parlant de cette méthode :

L’étude a également montré que ce processus restait intact si une autre région du cerveau (également partie du cortex préfrontal) était stimulée comme condition de contrôle ; montrant pour la première fois comment la modulation cérébrale liée à la tâche est spécifique à la stimulation de zones spécifiques qui interviennent dans un certain processus cognitif.

Le travail a été co-dirigé par le Wellcome Center for Integrative Neuroimaging de l’Université d’Oxford et co-écrit par l’Université Radboud, Pays-Bas ; Université de recherche PSL, Paris, France ; Pôle Hospitalo-Universitaire, Paris, France ; l’Université de Paris ; et l’Université de Lyon, France.

Améliorer le traitement clinique

Le premier auteur, le Dr Davide Folloni du Wellcome Center for Integrative Neuroimaging d’Oxford, a déclaré que ette recherche a une importance cruciale dans un certain nombre de domaines, notamment en nous permettant pour la première fois de tester de manière non invasive des hypothèses sur le rôle des zones corticales profondes dans cognition tout en enregistrant simultanément l’activité neuronale sous-jacente chez les primates et potentiellement les humains.

Cela pourrait améliorer considérablement le traitement clinique en aidant les chirurgiens à tester l’adéquation des sites d’implantation avant la chirurgie, améliorant considérablement l’efficacité et la précision d’une chirurgie aussi délicate.

En améliorant notre connaissance de la contribution de zones cérébrales dysfonctionnelles auparavant inaccessibles dans les maladies psychiatriques et neurologiques, cela ouvrira également de nouvelles voies pour un traitement non invasif pour un certain nombre de troubles neurologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.