L’Union Européenne a débloqué 723,8 milliards d’euros dans le but d’utiliser la facilité pour la reprise et la résilience (RRF) pour sortir l’économie européenne de la récession causée par le coronavirus. Afin de se qualifier pour une part de ce gros sac d’argent, les États membres doivent soumettre un plan à la Commission européenne. Dans la série Décarboniser l’Europe, nous examinons ces plans sous une loupe.

Le plan de relance danois, « Fremskynder den grønne overgang » (« Accélérer la transition verte »), est majoritairement dédié à la transition verte. 59 % du total de 1,55 milliard d’euros iront à des initiatives qui accélèrent la transition verte. Seul le Luxembourg a une part plus élevée. Un quart du budget est réservé à la transition numérique.

Le gouvernement a défini l’objectif climatique danois, réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70 % d’ici 2030, comme « l’un des plus ambitieux au monde ». « Les initiatives du plan de relance devraient permettre ensemble d’atteindre une réduction de carbone de vingt pour cent. Afin de concrétiser ces ambitions, le Danemark se concentre sur la réforme fiscale verte et les investissements dans l’efficacité énergétique des bâtiments (par exemple, grâce à des pompes à chaleur électriques) et le stockage du CO₂.

Pionnier climatique au Danemark

L’accent mis sur la transition verte n’est pas une surprise. Le Danemark est le premier pays de l’Union européenne où il est réglementé par la loi que le ministre du climat (et éventuellement le gouvernement) peut être destitué s’il ne respecte pas les accords sur le climat. Parmi les Danois, 79 % considèrent le changement climatique et ses conséquences comme le plus grand défi de ce siècle ; nulle part ailleurs dans l’UE ce pourcentage n’est plus élevé.

Voici une vidéo en anglais relatant les dispositifs concernant le changement climatique :

Des chiffres convaincants, mais le Covid-19 a également détourné une attention considérable des questions climatiques au Danemark, note Dan Belusa. Belusa est analyste politique chez 92 Gruppen, une coalition de 25 ONG danoises travaillant sur les questions liées au climat.

Réforme fiscale verte

L’industrie représente vingt pour cent des émissions globales de CO₂ au Danemark. Cela en fait un point central du plan de relance. L’imposition d’une taxe uniforme sur les émissions de CO₂ est considérée par le gouvernement comme l’un des moyens les plus rentables de réduire les émissions.

La réforme fiscale verte représente la plus grande partie du coût du plan, à 33,7 % du budget total. Avec cet argent, le gouvernement danois veut faciliter la première phase de la réforme fiscale verte. Concrètement, le paquet de mesures doit permettre une réduction de 0,5 Mtonne de gaz à effet de serre d’ici 2025. La réforme du système fiscal danois devrait aboutir à terme à une taxe uniforme sur les émissions de gaz à effet de serre. La création d’une telle taxe est un processus complexe comprenant plusieurs phases, selon le plan de relance.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.