Les parcs éoliens offshore, les projets transnationaux d’hydrogène et les subventions pour l’achat de véhicules sans émissions ne sont que quelques-uns des investissements que les pays de l’UE prévoient de faire pour soutenir la transition verte. Selon la Commission européenne, pas moins de 40 % du montant total alloué aux plans de relance et de résilience approuvés sont destinés aux objectifs climatiques. C’est même plus que leur objectif initial et un grand succès, a déclaré la présidente Ursula von der Leyen dans un communiqué.

Un an après sa création, la Commission européenne a publié le premier rapport sur la mise en œuvre du RRF. Le document présente une vue d’ensemble de la facilité et des domaines sur lesquels les États membres envisagent de travailler. Six piliers politiques définissent la portée de la facilité. Parmi les six d’entre eux, la transition numérique et la verte sont les aspects critiques pour la Commission. En fait, le règlement RRF exigeait que chaque État membre consacre au moins 37 % aux objectifs climatiques et 20 % de leur budget aux objectifs numériques.

Jusqu’à présent, tous les pays, à l’exception des Pays-Bas, ont présenté un plan de réformes et d’investissements. La Commission a évalué positivement 22 d’entre eux, versant ainsi un préfinancement à 21 d’entre eux, pour un total de 56,6 milliards d’euros. Un paiement de préfinancement s’élève à 13 % du budget total que chaque État membre devrait recevoir. Le 27 décembre 2021, l’Espagne a reçu sa première contribution financière, hors préfinancements, d’un montant de 10 milliards d’euros.

Comment se passe la transition écologique ?

Le rapport met en évidence certains des principaux domaines d’investissement des 22 plans approuvés dans le cadre du pilier de la transition verte. La Commission souligne que 32 % des dépenses de ce pilier sont destinées à la mobilité durable.

Voici les enjeux de la transition écologique :

Les investissements dans l’infrastructure ferroviaire sont décrits comme « cruciaux » dans le document, car ils représentent la voie vers un transport de marchandises et de passagers plus respectueux de l’environnement.

L’amélioration de la durabilité du transport routier est un autre aspect clé d’une mobilité durable accrue. Le projet de l’Allemagne d’apporter un soutien financier à l’achat de véhicules sans émissions est mentionné comme l’un des exemples d’un tel effort.

L’énergie verte

Plus de 26 milliards d’euros au sein du pilier de la transition verte sont destinés à l’énergie propre, y compris les énergies renouvelables et les réseaux. La Commission explique comment les deux tiers de cette somme favoriseront l’énergie solaire, les parcs éoliens offshore et la construction de sites industriels utilisant des énergies renouvelables. L’autre part soutiendra les réseaux intelligents et les investissements dans le stockage de l’énergie.

En plus des investissements, les réformes contribueront à la transition verte. Ces instances visent notamment à rationaliser le fonctionnement efficace des marchés de l’électricité et le développement de nouvelles centrales électriques renouvelables. La stratégie nationale de l’hydrogène de la Roumanie est l’exemple mentionné. Pour atteindre les objectifs nationaux et européens liés à l’hydrogène d’ici 2030, la réforme supprimera les obstacles législatifs et administratifs.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.