La culture de fleurs et de tomates au gaz touche à sa fin était le titre d’un article publié par le journal national néerlandais Financieele Dagblad (FD) le 23 mars. Le titre était encore plus poignant : « Les prix élevés de l’essence forcent quatre serriculteurs sur dix à fermer définitivement ou temporairement ». Qu’en est-il de la consommation d’énergie dans l’horticulture sous serre et quand pourrons-nous cultiver de manière climatiquement neutre ?

En plus des coûts de main-d’œuvre, l’énergie est un élément de coût majeur affectant le prix de leurs produits de serre. Pour que les plantes dans les serres poussent de manière optimale, un mélange sophistiqué de chaleur, de lumière et de CO2 est nécessaire. Pendant une grande partie du temps, cela peut se faire de manière naturelle dans notre climat néerlandais. Un bon sol, de l’eau, du CO2 et suffisamment de soleil pour fournir la bonne température et la bonne lumière pour la croissance.

Verre plat

Cependant, à certaines périodes de l’année ou même pendant la journée, il y a trop ou pas assez de lumière et les températures sont trop basses. Dès le XVIIe siècle, des travaux étaient déjà en cours pour réguler la température. Les viticulteurs travaillaient avec du verre plat, des fenêtres placées sur des murets de pierre pour laisser entrer la chaleur pendant la journée. Les fenêtres étaient alors ouvertes puis fermées pendant la nuit et les jours plus froids pour garder la chaleur à l’intérieur.

Voici une vidéo expliquant le fonctionnement du serre :

Les premiers systèmes à stocker la chaleur un peu plus longtemps et pouvant également être utilisés dans une serre ont été les serres murales. Un épais mur de briques a été construit contre lequel les fenêtres étaient placées en biais. Le mur absorbait la chaleur de la serre pendant la journée et la relâchait lentement pendant la nuit.

La technologie LED

Quelques centaines d’années plus tard. Les Pays-Bas sont toujours à la pointe de l’horticulture sous serre. Les horticulteurs utilisent maintenant des serres de haute technologie pour la culture de légumes, de fleurs et de plantes en pot toute l’année. Afin de le faire le plus efficacement possible, ils n’utilisent plus seulement la lumière et la chaleur du soleil, mais ils utilisent d’autres sources en complément lorsqu’il fait trop froid, trop chaud, trop sombre ou trop clair.

Ils utilisent des lumières dans les moments où il n’y a pas assez de lumière. Cet éclairage est depuis devenu de plus en plus un éclairage LED ces dernières années en lieu et place des anciens luminaires qui dégageaient surtout beaucoup de chaleur. Ils ont des écrans en tissu pour empêcher l’excès de chaleur pendant la journée et les mêmes écrans les aident à garder la chaleur à l’intérieur la nuit. Ils utilisent des systèmes de refroidissement et peuvent apporter du CO2 supplémentaire dans les serres.

Pour ce faire, ils utilisent une chaudière (au gaz) ou un système de production combinée de chaleur et d’électricité (CHP). La chaudière produit de la chaleur et ils extraient le CO2 des gaz de combustion pour l’utiliser dans la serre. Ils produisent non seulement de la chaleur et du CO2 avec une cogénération, mais également de l’électricité pour l’éclairage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.