Il est essentiel de disposer d’informations sur les volumes de ruissellement, l’utilisation des terres, les propriétés du sol, les précipitations et les températures afin de mieux évaluer les effets de la gestion de l’eau du changement climatique sur le cycle de l’eau en Allemagne. Cela peut également aider à développer des méthodes de prévision des événements hydrologiques et d’évaluation de leurs risques, et à mieux évaluer les extrêmes hydrologiques comme les inondations et les périodes d’étiage. Les ensembles de données CAMELS (Catchment Attributes and MEteorology for Large-sample Studies) combinent ces données pour permettre la modélisation et l’analyse des données pour différents paysages, écrit l’Institut de technologie de Karlsruhe.

Avec l’ensemble de données CAMELS-DE, ils visent à faciliter la réalisation d’analyses hydrologiques dans les États fédéraux allemands, déclare le Dr Ralf Loritz du département d’hydrologie de l’Institut de gestion de l’eau et des bassins fluviaux du KIT, qui travaille avec des chercheurs de l’Université de Fribourg, l’Université de Kiel, le Centre allemand de recherche en géosciences et d’autres institutions allemandes pour mettre en place la base de données.

CAMELS-DE combine des données hydrologiques et météorologiques

Les ensembles de données CAMELS combinent des attributs du paysage tels que l’utilisation des terres, la géologie ou les propriétés du sol avec des séries chronologiques hydrologiques et météorologiques pour les niveaux d’eau, le ruissellement, les précipitations, la température, l’évaporation… variété de zones terrestres hétérogènes et évaluer leur variabilité hydrométéorologique et leurs changements dans le temps et dans l’espace.

Voici une vidéo parlant de ces études :

Dans CAMELS-DE, ils veulent assembler de longues séries temporelles de niveaux d’eau et de volumes de ruissellement qui soient cohérentes pour tous les États allemands. En utilisant les limites des zones de captage pertinentes, ils généreront également des séries chronologiques météorologiques à partir de données accessibles au public recueillies par le Service météorologique national et les intégrerons dans l’ensemble de données, déclare Loritz.

L’hydrologie comme fondement de la gestion durable de l’eau

Les chercheurs prévoient de publier les premiers ensembles de données au printemps 2023. Pour assurer le suivi, ils recherchent une collaboration à long terme avec les agences étatiques et fédérales afin de minimiser les coûts futurs de collecte de données, d’intégrer les données dans l’enseignement, d’améliorer la communication entre les groupes de recherche, et simplifier le partage des résultats.

Les travaux sur la base de données au KIT sont financés dans le cadre du projet « ViTamins-Invigorating Hydrological Science and Teaching: merging key Legacies with new Concepts and Paradigms », lancé en avril 2022. Son objectif est de renforcer le rôle de l’hydrologie dans la gestion durable des ressources en eau, en période de changement climatique et de lier la météorologie et la recherche sur le climat à l’écologie et aux sciences du sol.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.