Les mesures mises en place pour éviter la propagation du coronavirus ont des effets évidents sur l’environnement. Si les impacts positifs sont nombreux, on n’en compte pas moins d’impacts négatifs.

Les effets positifs de la pandémie du Covid-19 sur l’environnement

Pour éviter une hausse plus importante de la propagation du coronavirus, 3.4 milliards de personnes dans le monde, ont été confinés pendant au moins 1 mois, soit presque la moitié de la population mondiale. Les transports ont été arrêtés, les industries ont cessé leurs activités. Ces mesures ont eu des conséquences positives sur l’environnement.

En Italie, un des foyers du covid-19, les eaux de Venise sont devenus transparentes et accueillent de nouveau des poissons. Les sommets de l’Himalaya sont visibles depuis l’Inde. Cela n’est jamais arrivé depuis 30 ans. La vue a toujours été encombrée par une épaisse couche de fumée, formée par les gaz polluants.

Les images prises par le satellite Sentinel 5P de l’Agence Spatiale Européenne montrent concrètement la baisse de la concentration de gaz à effet de serre dans les plus grandes villes européennes depuis le début du confinement.

La Chine a enregistré une baisse d’au moins 30% de l’émission de dioxyde d’azote en comparaison au premier trimestre de l’année 2019. Cette chute significative de l’émission de gaz à effet de serre a été noté, en premier lieu, à Wuhan, lieu d’apparition du coronavirus en décembre 2019. L’importante réduction de la pollution est survenue suite à la mise en quarantaine de la ville. La mise sous cloche s’est étendue à la province de Hubei puis au pays tout entier.

Après une longue période sans nouveau cas déclaré, la Chine a entamé une reprise progressive de son rythme de vie normal depuis le 23 mars.

Les impacts négatifs du coronavirus sur l’environnement

Face à la lutte contre le Covid-19, les efforts déjà entamés ainsi que les mesures mises en place en faveur de l’environnement et de la cause écologique sont relégués au second plan.

A titre d’exemple, en France, les centres de tri des déchets ont été contraints d’arrêter leurs services du fait du risque trop élevé d’exposition au virus sur les chaines de travail. Le recyclage est, donc, au point mort.

Recyclage au point mort covid19

Par ailleurs, à une échelle plus large, les gouvernements semblent avoir oublié la problématique liée au réchauffement climatique qui était, pourtant, au cœur des préoccupations vers la fin de l’année 2019 et en janvier 2020. La conférence sur le climat (COP 26) qui devait se tenir en novembre 2020 à Glasgow a été reportée pour une date indéfinie à cause de la crise sanitaire.

Sans compter que la reprise de l’économie peut avoir des effets néfastes sur l’environnement, pour ne citer que le cas des industries qui pourraient tourner deux fois plus à plein régime pour rattraper le retard enregistré.

Le moment du déconfinement et de la relance de l’économie constitue l’occasion la plus appropriée pour les plus grandes puissances mondiales de mettre en place les mesures spécifiques pour une finance durable.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.