Après plusieurs semaines de confinement, les Français n’aspirent qu’à partir en escapade et se retrouver au plus près de la nature. Le tourisme local de proximité et les séjours écologiques font de plus en plus d’adeptes.

Déconfinement : un énorme regain d’intérêt pour le tourisme local de proximité

Nous avons tous vécu une expérience sans pareille lors du confinement. Rester enfermé chez soi pendant des mois entiers accroit les envies d’escapade et d’évasion. Le déconfinement a coïncidé avec l’arrivée de la saison estivale et des vacances, en France.

La démocratisation du télétravail permet également aux amoureux d’évasion de partir en voyage et pour de longs séjours. Les habitants des villes se sont, alors, empressés de rejoindre la campagne, à proximité. Le tourisme local n’a jamais connu un tel engouement en plusieurs années.

Cela s’explique notamment par la fermeture des frontières dans la plupart des pays étrangers et l’application de mesures sanitaires et sécuritaires très contraignantes pour les vacanciers français.

La grande majorité des voyageurs craignent également la propagation de la pandémie dans certaines destinations. La pandémie fait encore rage dans les principales destinations tropicales de l’hémisphère sud.

Les sites naturels et les campagnes attirent un grand nombre de visiteurs et de villégiateurs. De nombreux citadins recherchent, par ailleurs, des habitations dans les endroits situés en marge de la cohue de la ville et du bétonnage massif.

Tourisme écologique de proximité : les Ardennes ont la côte

Avec ses nombreux atouts naturels et culturels, le département des Ardennes affiche une hausse importante de visiteurs depuis le mois de juillet. Les réservations touristiques y ont grandement grimpé. Les hébergements écologiques, implantés au cœur des espaces naturels connaissent notamment un succès sans précédent.

La Cab’âne fait partie des logements touristiques les plus plébiscités dans la région. Ce logement est entièrement construit en bois, équipé avec des objets et du matériel de récupération, des toilettes sèches et une douche solaire.

Par mauvais temps, les résidents prennent une douche froide. Emmanuel Crametz, le propriétaire, affirme ne jamais avoir enregistré autant de réservations en deux années d’activité. L’ancien pompier a également noté que les villégiateurs prolongent leurs séjours.

En général, à cette période de l’année, l’éleveur d’âne reçoit exclusivement des visiteurs qui restent pour une nuitée, soit pour un week end. En plus de la location d’hébergement, Emmanuel Crametz suggère aussi des balades à dos d’âne. Ces randonnées connaissent autant de succès que la Cab’âne.

Stéphane Saelens a lancé ses activités en plein déconfinement. Il est satisfait de ses premiers chiffres. L’ancien comptable, qui s’est converti dans le tourisme écologique, met à la disposition des aventuriers une tente trappeur, des tipis et des chariots.

Tous ces hébergements écologiques et atypiques sont installés dans une prairie, parmi les ânes et les vaches. Les matelas posés sur les bottes de paille offrent une expérience inédite pour un véritable retour à la nature.

Ces hébergements se trouvent au sein de sites naturels dépourvus d’électricité, d’eau chaude et de réseau mobile. De quoi couper complètement les voyageurs du monde moderne et leur faire oublier l’ennui du confinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.