Chaque année, des millions d’animaux doivent souffrir ou même perdre la vie dans le cadre de la recherche médicale. En Allemagne, le nombre est d’environ 2,7 millions ; en Europe, environ 12 millions d’animaux tels que des souris, des rats, des oiseaux, des lapins, des chiens, des singes, des chevaux et bien d’autres sont utilisés pour les tests. Selon une enquête menée par la Commission européenne auprès des États de l’UE, cela concerne principalement les études médicales humaines telles que les maladies nerveuses et mentales, les maladies cardiovasculaires et le cancer.

Les souris sont utilisées dans la recherche sur les conséquences des accidents vasculaires cérébraux. Dans le monde, plus de 200 000 animaux sont utilisés chaque année. Les scientifiques utilisent leur cerveau pour simuler les occlusions vasculaires et leurs conséquences. Mais cela pourrait bientôt changer. Des médecins et des chimistes de l’Université de Duisburg-Essen (UDE) en Allemagne veulent établir de nouvelles méthodes de recherche sur les accidents vasculaires cérébraux sans recourir à l’expérimentation animale : les « mini-cerveaux » du laboratoire doivent remplacer les modèles murins.

Jusqu’à 20 000 souris de moins par an

Selon les chercheurs, le projet de trois ans se concentrera sur les organoïdes 3D dans un processus in vitro au cours duquel des structures cellulaires sont produites en laboratoire qui ressemblent à des organes à utiliser comme tissus pour les investigations. Bien que cette méthode ne soit pas nouvelle en soi, nous l’appliquons pour la première fois à la recherche sur l’AVC, déclare le professeur Matthias Epple de Inorganic Chemistry.

Voici ce qu’est un mini-cerveau en anglais :

Avec son collègue, le Dr Viktoriya Sokolova, le biologiste Prof. Bernd Giebel (Institute of Transfusion Medicine) et le médecin Prof. Dirk M. Hermann (Chaire de neurologie vasculaire, de démence et de recherche sur le vieillissement) de l’hôpital universitaire d’Essen, en Allemagne, Epple souhaite optimiser et valider le modèle. Cela devrait rendre les expérimentations animales superflues le plus rapidement possible, du moins dans ce domaine de recherche. S’ils y parviennent, la recherche nécessitera jusqu’à 20 000 souris de moins par an, estime le professeur Hermann.

Recherche de principes actifs à l’aide de mini-cerveaux

Les trois scientifiques et leurs équipes préparent ce projet depuis des années. Désormais, trois à six types cellulaires différents sont cultivés en laboratoire, puis des tests précédemment effectués sur des souris sont effectués sur les mini-cerveaux. Quels ingrédients actifs passent la barrière hémato-encéphalique et quel est leur effet ? Parmi les médicaments testés figurent des vésicules extracellulaires et des nanoparticules ultra-petites de différentes tailles et charges. Cette découverte de médicaments est une étape importante dans le développement de nouveaux médicaments ; cela pourrait nous aider à développer une thérapie de l’AVC, explique le professeur Giebel.

Le projet est financé par le ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) à hauteur de 750 000 euros. Les scientifiques espèrent produire une publication, organiser un atelier et créer une chaîne YouTube d’ici la fin du projet. Cela contribuera à mieux faire connaître les nouvelles approches de la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux sans expérimentation animale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.