Le fait que nous devions réduire les émissions de dioxyde de carbone à une vitesse vertigineuse pour éviter une catastrophe climatique au XXIe siècle est désormais plus qu’évident. À en juger par les gros titres macabres, les rapports de recherche alarmants et les prédictions inquiétantes pour un avenir proche, un avenir durable semble encore loin. Pourtant, il y a beaucoup d’élan en Europe. Est-ce suffisant ? Préférablement pas.

Mais il ressort clairement d’Euro statstatistiques que de nombreux gouvernements ont investi massivement dans des moyens plus durables de gérer leurs besoins en consommation d’énergie. Pourtant, les différences au niveau continental sont considérables. La petite Islande et la Norvège riche en pétrole étaient les leaders continentaux en 2020. Alors que le Luxembourg et Malte avaient le pourcentage le plus bas de leur consommation d’énergie provenant de sources renouvelables cette année-là.

Des combustibles fossiles aux sources vertes

Que ce soit pour une planète plus propre, freiner l’effet de serre ou réduire la dépendance au gaz russe, la réduction des combustibles fossiles est une priorité absolue dans toute l’Europe. S’il est toujours possible d’en faire plus, cela ne veut pas dire que rien n’est fait. Dans chaque pays, la part de la consommation d’énergie générée par la biomasse, l’hydroélectricité, le vent ou le soleil a augmenté.

Voici les pays les plus écolos de la planète :

Cela ressort immédiatement d’un coup d’œil sur le graphique suivant qui utilise des pourcentages incrémentiels pour illustrer la course entre les pays sur le verdissement de la consommation d’énergie entre 2004 et 2020. Les Pays-Bas, qui pendant des années étaient au bas de cette liste, semblent ont entamé un modeste processus de rattrapage. Néanmoins, l’écart avec le groupe de tête est encore assez important.

Chauffage, éclairage et transport

Les pays peu peuplés avec des différences d’altitude relativement importantes comme l’Albanie, la Norvège, l’Islande et la Suède sont en tête de liste. Cela n’est pas surprenant, car dans ces pays, les centrales hydroélectriques sont un moyen viable de produire de l’énergie et ont longtemps été la source la plus efficace d’électricité renouvelable.

Pourtant, cela ne signifie pas que les pays faibles sont incapables d’atteindre leurs objectifs de durabilité de loin. Un bon exemple est le Danemark, où les éoliennes produisent actuellement plus de la moitié de leur électricité. D’ici 2030, cela devrait représenter 100 % de l’électricité et 55 % de la consommation totale, y compris le chauffage.

Les champions verts

Qui est le plus vert d’Europe ? Cela dépend un peu de ce à quoi vous portez une attention particulière. Au classement combiné, l’Islande est numéro un, la Norvège numéro deux et la Suède numéro trois. Dans la section climat intérieur, les insulaires remportent également la médaille d’or, suivis de la Suède et d’une médaille de bronze pour le Monténégro, qui a besoin de plus de climatisation que de chauffage central en raison de son climat.

L’électricité est la plus verte en Norvège, encore une fois, en Islande et, étonnamment, en Albanie, où plus de cent pour cent de l’électricité provient d’une source non fossile. Les pays à revenu élevé ont une avance significative en matière de véhicules électriques. Là encore, on retrouve la suprématie scandinave avec la Suède en tête, suivie de la Norvège. Ce podium compte deux numéros trois : la Finlande et… les Pays-Bas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.